PROJET «Appui institutionnel à l’information sur les migrations et coopération dans le domaine de la réintégration économique des Arméniens regagnant l’Arménie ».  

Outre l’action d’accompagnement  à la création d’activités économiques génératrices de revenus et d’emploi par des migrants promoteurs d’entreprises , deux actions sont complètement nouvelles :

1.       Une action de renforcement des capacités  des acteurs institutionnels et de la Société civile dans le champ de la gestion des migrations. Cette action vise à répondre à la faible capacité technique et matérielle à laquelle sont confrontées les Institutions arméniennes, en particulier l’Agence étatique pour les Migrations pour prendre en charge,  assurer et diffuser une information sur les conséquences liées aux migrations illégales, sur la réglementation des pays de l’UE et sur les  alternatives à la migration illégale.

2.       Une action d’information et de communication sur les questions de migrations irrégulières et de migration légale professionnelle vers l’UE auprès des groupes cibles : candidats à l’émigration, migrants potentiels, migrants de retour en Arménie, Diasporas séjournant dans les pays d’accueil.Cette action vise à répondre à l’absence d’informations exhaustives communiquées en direction des candidats à l’émigration ou aux migrants potentiels, lesquels ignorent pour la plupart les risques encourus par la migration illégale, la réalité de la situation et des conditions de vie dans les pays de l’UE pour un migrant et sa famille en situation irrégulière.

Date de démarrage : 26 Décembre 2008

Date de Clôture :  26 Décembre 2011

Lieu de réalisation : France et Arménie

Prière de lire le communiqué de presse.

RETOUR AUX SOURCES
V-VII

Depuis l’effondrement de l’Union soviétique de nombreux Arméniens ont quitté l’Arménie et l’ex-URSS pour trouver refuge en Europe. Or, certains se sont retrouvés dans une situation beaucoup plus précaire et problématique que dans leurs pays d'origine.

Afin d'aider ceux qui sont en situation irrégulière et qui souhaitent volontairement retourner en Arménie, l'AAAS, depuis 2005 en coopération avec l'OFII (Office Francais de l'Immigrtion et de l'Intégration) et la FFAD (la Fondation Franco-Arménienne pour le Développement)  met en oeuvre le projet "Retour aux Sources".
Ce projet a été cofinancé à deux reprises en 2005 et 2007 par le Fonds Européen pour les Réfugiés,  en 2008 par leMinistère de  l’Immigration français et depuis novembre 2009 par le Programme thématique "Migrations et Asile" de l’Union Européenne.

Dans le cadre de ce projet, un Centre d'Accueil et d'Orientation a été ouvert à Paris qui met à la disposition des intéressés des informations détaillées sur la situation économique et sociopolitique en Arménie et prépare leur retour personnalisé.

Le Centre propose également l’élaboration d’un pré-projet de création de micro entreprise qui est finalisé et mis en œuvre avec l’aide de la Fondation Franco-Arménienne pour le Développement en Arménie (FFAD).

La FFAD chargée du suivi, assure l’accompagnement social, prépare l’étude de faisabilité et, enfin, aide au montage du projet de création d’entreprise.

Depuis le lancement du projet le 15 novembre 2005,   plus de six cents personnes ont pris la décision de rentrer en Arménie pour y construire leur nouvelle vie.

Dans le cadre du programme quatre vingt dix-neuf  projets ont été financés permettant ainsi de  créer plus d'une centaine de  micro-entreprises dans divers domaines.

Le contenu de cette page a été élaboré avec l'aide de l'Union européenne. Ce contenu relève de la seule responsabilité de l’A.A.A.S. et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant l'opinion de l'Union européenne.


Ce projet est co-financé par l'Union Européenne

PROJET  "SOURDS DIALOGUE POSSIBLE"

Renforcement des capacités de développement des personnes ayant une déficience auditive

Objectif global : Contribuer à la lutte contre la pauvreté en Arménie.
Objectif spécifique : Renforcer la capacité de développement des personnes ayant une déficience auditive PADAen tant que population pauvre et marginalisée par la création par des organisations non gouvernementales locales d’un Centre d’Accueil, de Formation  et de Réinsertion.

L’Arménie, comme tous les pays du monde, décompte parmi ces habitants des personnes handicapées.

Selon les informations non précises du Ministère de Travail et des Affaires Sociales de la République d’Arménie, sur 135.000 handicapés en Arménie 3500 personnes  ont une déficience auditive dont 1000 enfants.

Quelque soit la nature de ce handicap, les personnes handicapées ont besoin d’une protection sociale et surtout, d’une reconnaissance car «tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits».

Alors que les sourds, constitués en petits groupes, restent en marge de la société, ils considèrent qu’il y a le « Monde des Entendants » et le « Monde de Sourds ». L’AAAS et ses partenaires considèrent qu'il est vital que les deux mondes parviennent à dialoguer.

Ce dialogue, pour l’ AAAS et ses partenaires a un sens plus large que son acception, il suppose une réinsertion, car si la réinsertion est réussie, alors le dialogue est instauré.

Les adultes ayant une déficience auditive n’avaient aucune possibilité d’apprendre l’alphabet, de lire et d’écrire, car en Arménie il n’existait aucune structure permettant de former les sourds. Cela signifiait que les personnes se trouvant en raison de leur âge et de leur handicap en dehors du système éducatif n’avaient pas la possibilité d’apprendre, de lire et d’écrire après leur majorité et restaient donc, illettrées et exclues de la vie sociale.

Les inégalités qui frappent les sourds et les mettent dans des situations d’exclusion,  les rendent incompétitifs sur le marché de travail, constituant ainsi  la cause principale de leur pauvreté.

Afin de remédier à cette situation  l’AAAS et ses partenaires ont souhaité créer un Centre d’Accueil, de Formation  et de Réinsertion Sociale, premier en son genre en Arménie qui leur permettra de réaliser les objectifs visés ci-dessus tant sur le plan quantitatif que sur le plan qualitatif, mais également de créer des fondements pour l’égalité des chances pour les personnes handicapées.

Grâce au financement de l’Union Européenne, l’AAAS et ses partenaires ont pu ouvrir le Centre Dialogue à Erévan (Adresse : 37-2 , allée Kurghinyan  Araratyan II 0068 Erévan, Arménie  Tél. 010.77.04.24 Email : dialogue@aaas.fr).

Dates et chiffres clefs


Démarrage du projet : le 02 janvier 2008

Ouverture du Centre : le 03 mars 2008 (12 personnes y travaillent)

Inauguration officielle du Centre : le 16 juin 2008 en présence de SE Monsieur Raul de LUZENBERGER, Chef de la Délégation en Arménie de la Commission Européenne, de SE Monsieur Serge SMESSOW, Ambassadeur de France en Arménie, de Monsieur Jackie Charotte, Consul de France en Arménie et de nombreuses personnalités.

Durée du projet : 42 mois

Bénéficiaires : 1500 personnes sourdes et malentendantes

Budget Total : 195.436 Euros

Financement de l’Union Européenne -135.436 Euros

Financement de l’AAAS-60.000 Euros

Centre Dialogue, doté d’un service d’accueil et d’un service de formation adaptés aux malentendants, offre gratuitement à ses bénéficiaires les prestations suivantes

  • Accueil et évaluation individuelle
  • Assistance sociale
  • Assistance juridique
  • Soutien psychologique,
  • Formation générale
  • Alphabétisation
  • Formation en langue des signes
  • Aide à la formation professionnelle
  • Accompagnement administratif par les interprètes en langue de signes
  • Accompagnement des bénéficiaires lors de la formation professionnnelle par les interprètes en langue de signes
  • Suivi des bénéficiaires de formation professionnelle par un contrat d’insertion,
  • Aide à la recherche d’emploi aux fins de réinsertion,
  • Campagne de sensibilisation (6 émissions télévisées, 3000 dépliants).

Projet co-financé par l'UE

SANTE MENTALE

Depuis 2009, co-financée par l'Union Européenne, la Fondation Franco-Arménienne pour le Développement met en oeuvre le projet "Santé mentale" visant à promouvoir les Droits des Enfants et des Adolescents ayant un handicap mental  en Arménie.

Outre les activités déployées dans les écoles spéciales qui accueillent des enfants handicapés, le projet  s’intéresse aux aspects juridiques de la définition légale de la santé mentale en Arménie et participe activement aux travaux de la Commission de la Santé de l’Assemblée Nationale en Arménie pour faire des propositions visant à mettre en conformité  la législation arménienne dans le domaine de la santé mentale.

Pour détruire les stéréotypes du handicap et mettre fin à l’isolement, le projet organise régulièrement des sorties des enfants vers les organismes de formations professionnelles pour contribuer à leur réinsertion.

Grâce au projet dans chaque école une pièce a été rénovée et équipée pour  créer un véritable service psychologique adapté aux enfants et à leurs familles.

Deux fois par mois des séminaires d’information et des groupes de soutien parental contribuent à l’identification des problèmes existant  dans le domaine de la santé mentale.

Objectif spécifique : Mettre en place trois services psychologiques dans les Ecoles spéciales n° 1, n°2 et n°12 pour les enfants et adolescents ayant un handicap mental et contribuer à la réinsertion sociale du groupe cible.

Démarrage du projet : le 01 février 2009

Durée du projet : 30 mois

Lieu de réalisation du projet : Arménie